Les questions soulevées par le manga Death Note

Il y a parfois des histoires qui vous touchent et, au-delà de ça, vous font réfléchir. Le manga Death Note fait partie de ces œuvres, en tout cas en ce qui me concerne. Pour ceux d’entre vous qui n’auraient pas eu la chance de suivre les péripéties de Light Yagami (le héros de l’histoire), voici donc un petit résumé des premiers chapitres afin de vous mettre en appétit.

Light Yagami donc, est un jeune lycéen surdoué qui a autant de succès scolairement qu’avec les filles. Un beau jour, il découvre un cahier sur lequel sont inscrits les mots Death Note et à l’intérieur duquel apparaissent différentes règles régissant l’objet. La première, et celle formant la base de l’histoire, est que toute personne dont le nom est écrit dans le cahier meurt d’une crise cardiaque 60 secondes plus tard. En plus du nom de la victime, il faut également signaler que le détenteur du Death Note doit avoir en tête son visage au moment de l’inscription dans le cahier.

Voilà, à partir de ce concept simple mais accrocheur, l’auteur va donc nous inviter dans une enquête policière palpitante et bourrée de rebondissements. Car Light Yagami a une perception très particulière de la justice et du monde qui l’entoure, le jugeant corrompu et gangréné par la criminalité. De ce fait, il va rapidement s’engager dans une sorte de croisade visant à exterminer tous les malfrats qui peuplent la planète, bien décidé à créer un monde utopique dans lequel il serait le Dieu. Néanmoins, les agissements de Light ne vont pas tarder à être remarqués et, dès lors, un jeu du chat et de la souris va se lancer entre le héros et les forces de police, menées par un mystérieux détective dont on ne connait ni le nom ni le visage et se faisant simplement appeler L.

Pour tout vous dire, ce manga m’a bluffé. Tout d’abord par l’intelligence du scénario. En effet, les deux protagonistes principaux, à savoir Light et L, sont tous les deux de grands esprits et c’est un régal d’observer cette joute à distance qui se déroule entre eux. Ainsi, de nombreux rebondissements et pirouettes scénaristiques viennent ponctuer l’histoire, prenant toujours le lecteur ou téléspectateur (le manga est sorti en anime) au dépourvu. Pour les amateurs d’histoires policières, Death Note est tout simplement du pain béni.

Une autre grande force du manga est le développement profond de la psychologie des personnages. Ainsi, le mangaka (nom donné aux dessinateurs de mangas) a mis un point d’honneur à travailler les protagonistes de son histoire, à leur donner une consistance et une logique propre. Leurs pensées ainsi que leurs raisonnements nous sont donc retranscrits avec justesse, enrichissant ainsi le récit de complexes réflexions. Là encore, les psychologues en herbe y trouveront une base de travail idéale.

Enfin, l’un des atouts majeurs de Death Note est sûrement sa capacité à faire réfléchir le lecteur. Par les thèmes qu’il aborde, que sont la justice, la peine de mort, ou même le concept de Bien et de Mal, on ne peut rester passif lors du déroulement de l’histoire. À chaque instant, le mangaka nous invite à engager une profonde réflexion sur nous-mêmes, à nous demander ce que nous aurions fait à la place de Light Yagami.

Car c’est bien là tout le sel de ce manga. Quelle utilisation auriez-vous faite du cahier ? Auriez-vous eu la légitimité et même le cran d’inscrire un nom et un prénom dans le cahier maudit ? Ces questions je me les pose encore et, à présent, c’est à vous que je les pose. Car dans l’hypothèse où le Death Note était bien réel, n’est-il pas légitime de penser que la planète se porterait mieux sans quelques dictateurs peu scrupuleux ? Mais, ce faisant, ne deviendriez-vous pas vous-mêmes le reflet de ceux que vous condamnez ? Et quel but poursuivriez-vous par le biais de ce cahier ? De plus, n’est-ce pas jouer à Dieu que de décider de qui doit vivre et mourir, même si l’on poursuit un but « louable » ?

Je n’ai pas de réponse à toutes ces questions, mais je vous encourage à m’apporter vos propres réflexions. Et bien sûr, il va sans dire que je vous recommande la lecture de ce manga ou le visionnage des épisodes (37 au total).

Je vous mets ci-dessus deux liens pour le premier épisode, pour ceux que ça intéresse. Le premier est en français tandis que le second est en japonais sous-titré français. Bien que la version française soit de bonne facture, je recommande tout de même la version originale !

http://www.deathnote-manga.net/episode-deathnote-1-vf.html (vf)

http://www.youtube.com/watch?v=4HSJNCpGS9E (vostfr, partie 1)

http://www.youtube.com/watch?v=cHB7B8Palc4&feature=related (vostfr partie 2)

Imprimer cet article

Vous aimerez aussi...