Dossier : La punchline selon Booba

[box type= »note »]Important : Avant toute lecture de cet article, je tiens à mettre en garde le lecteur de la crudité du langage utilisé. Booba n’est pas un enfant de choeur et ne s’est jamais illustré par la finesse lexicale de ses propos. De ce fait, certains mots et expressions cités plus bas peuvent choquer par leur violence ou leur vulgarité. Vous voilà prévenus. [/box]

À la genèse de ce projet, il y avait une envie profonde que j’avais d’établir un classement des 100 meilleures punchlines de Booba. Pourquoi Booba plutôt qu’un autre me direz-vous ? Tout simplement car, selon moi, c’est bien le seul artiste de la scène rap française qui détienne au bout de son stylo suffisamment d’images et expressions pour constituer un énorme vivier de punchlines.

Car l’écriture de Booba est visuelle avant d’être auditive, les mots explosent en mille couleurs dans nos têtes avant que leur sens ne nous soit dévoilé. Comme il le dit lui-même, « j’ai le verset qui bouleverse, ma diction est malédiction ».  Et c’est bel et bien le cas. Jamais encore un rappeur français n’avait réussi le tour de force de donner à ses morceaux tant de tangibilité, de délaisser le côté abstrait (inhérent à toute écoute d’un titre) pour inscrire sa musique dans une réalité presque palpable. L’écouter se rapproche davantage d’une séance au cinéma que d’une simple expérience auditive. Plutôt que nous raconter ce qu’il voit, l’artiste préfère nous « faire voir », nous mettant ainsi à sa place. Et force est d’admettre que la recette fonctionne.

Au-delà de ces images qui ont tendance à s’imprimer dans nos têtes au marteau-piqueur, le Duc a également pour habitude de ne pas rapper sur un thème particulier (en dehors de quelques exceptions comme « Pitbull » par exemple) contrairement à d’autres rappeurs. À la place, on assiste à une succession de pensées et  d’idées, parfois même de sentences aux allures prophétiques, que l’artiste qualifie lui-même de « lyrics tout droit sortis du cul du diable ».

Oui, Booba est bel et bien un démon : décomplexé, désordonné, chaotique, barbare, belliqueux, orgueilleux et ne doutant de rien. Seulement voilà, Kopp est un démon honnête et, surtout, d’un talent inouï. Alors pourquoi s’en priver ?

Par ailleurs, je me permets de revenir brièvement sur l’écriture décousue de Booba pour préciser qu’il n’est pas le seul à avoir ce genre de plume. Dans un style complètement différent, Oxmo Puccino est également un grand habitué de ces morceaux où deux phrases à la suite ne signifient pas forcément grand-chose mais liées à l’ensemble du texte représentent un plus grand tableau. Mais je reviendrai plus tard dans un autre article sur les raisons qui me font penser que les deux artistes se ressemblent bien plus qu’ils n’y paraissent.

Alors voilà, sans aller jusqu’à le comparer au nouveau Louis-Ferdinand Céline comme le fait Thomas A. Ravier dans la NRF, il faut bien reconnaître que Booba a une plume unique en son genre et qu’aucun autre rappeur français n’a, de près ou de loin, réussi à imiter son style tant l’exercice est ardu. Chaque titre du MC reste donc un « puzzle de mots et d’pensées dans [notre] putain d’sono ».

Entendons-nous maintenant sur le sens du mot punchline. Car c’est bien là que réside toute la difficulté d’un tel classement. La punchline, en effet, est une phrase « choc », de celles que l’on retient. C’est une image qui nous marque, qui nous parle. Et la puissance de ces quelques mots peut venir tout autant d’une comparaison astucieuse, d’une figure de style particulièrement travaillée ou même, tout simplement, de la manière dont ces mots précis sont prononcés. Ainsi, autant vous dire dès maintenant que la liste qui suit ne pourra contenter personne dans son intégralité, même si certaines des punchlines seront reconnues universellement comme telles (par exemple : « Mets-moi le Graal entre les mains j’me sers un verre de sky »). J’insiste donc sur la subjectivité de ce recensement.

Je me dois également de rectifier mon propos, lorsque je parlais d’un top 100. En effet, c’était bel et bien mon intention première lorsque je me suis lancé dans ce projet. Néanmoins, deux problèmes se sont imposés à moi. Tout d’abord, mes recherches m’ont amené à identifier un peu plus de 400 punchlines et je dois avouer qu’une grosse flemme s’est emparée de moi lorsque la nécessité de réduire ce nombre à 100 s’est imposée (bah ouais un top 400 ça ne le fait pas). Mon second problème a été que je ne savais pas moi-même comment classer toutes ces punchlines. Bien que certaines me paraissaient d’une qualité plus flagrante que d’autres, il était compliqué d’affirmer que l’une était meilleure que l’autre, qui elle-même surpassait une autre. Bref, j’ai finalement opté pour une catégorisation de toutes ces punchlines ce qui offre le double avantage de réduire les options de choix pour chaque catégorie, et également d’avoir un aperçu plus précis de ce que Kopp nous raconte depuis l’époque de Lunatic (rapport à l’écriture décousue décrite plus haut).

Pour conclure cette présentation et (enfin) passer au plus important, je tiens simplement à préciser que ce recensement prend en compte tous les E.P, mixtapes et albums studio de Booba depuis « Le crime paie » de Lunatic (le groupe dont il faisait partie) jusqu’à « Autopsie volume 4 » ainsi que diverses participations et featurings depuis 1994 à aujourd’hui.

Enfin, si vous ne comprenez pas le sens d’une phrase ou d’un mot, n’hésitez pas à me demander ou à aller faire un tour sur l’excellent site http://rapgenius.com/ sur lequel sont compilés la plupart des morceaux du Duc avec les explications associées.

Catégories :

Cliquer sur  pour dérouler chaque catégorie.

[gn_spoiler title= »« Jamais sans ma bouteille de Jack (et autres alcools) » » open= »0″]
  • B2O a.k.a l’génie sorti d’une ‘teille de Jack Daniel’s (Hors-saison)
  • Mets-moi le Graal entre les mains j’me sers un verre de sky (Ouest Side)
  • Bleus sont les gyros, rouges sont mes yeux – Blanche est la colombe, Jack est mon sirop (Illégal)
  • Tu cherches ma table, c’est celle où y’a l’plus de Jack (Illégal)
  • Mehdi Med à la sono, sers-moi mon Jack dans un sceau d’eau (Salade tomates oignons)
  • Occupe-toi des verres et de la glace, je ramène le Jack (Bad Boy Street)
  • Barbelés sur les postcards, nos anges ont des coquards – Surfent sur des tsunamis d’whisky-coca (Soldats)
  • Je swagg sur la gauche, je swagg sur la droite – Automatique sur les genoux, bouteille de Jack sur la table (Jimmy deux fois)
  • J’suis peut-être fou mais j’donnerai pas mon biff au psychiatre – Après dix Jack ma soirée sera paradisiaque (Ma couleur)
  • Écrit en blanc et black comme sur la bouteille de Jack (Saddam Hauts-de-Seine)
  • Dans mes veines c’est du Jack Daniel’s qui se distille (Du biff)
  • Les keufs m’ont à l’œil, j’hésite à transporter mon gun – Alors j’commande une bouteille de Jack pour mieux t’éclater la gueule (Rat des villes)
  • Je bois J.A.C.K ; le champagne, la Grey Goose m’écœurent (Pigeons)
  • B2OBA a.k.a Saddam Hauts-de-Seine, a.k.a « jamais sans mon Jack sur scène » (Hello Good Morning remix)
  • Le Jack est dans mon verre, la chatte à sa grand-mère (Hand’s up High remix)
  • Lève ta main si t’as du Jack, des gros culs à ta ble-ta (Bakel City Gang)
  • Khô j’ai la tête dans les nuages, la bite dans le champagne (Boîte vocale)
  • J’ai goûté tous les cocktails à part celui de Russie (Rat des villes)
  • Musicale overdose j’vois la vie en rose dans mon verre de cristal (Ouest Side)[/gn_spoiler]
[gn_spoiler title= »« Quelle heure est-il Madame Persil ? » » open= »0″]
  • Gentiment j’donne l’heure en diams, demande-la poliment (Hors-Saison)
  • J’ai le prix d’une Clio sur le poignet (Ouais ouais)
  • J’suis trop en avance pour leur demander l’heure (Pitbull)
  • Tellement de diamants sur ma montre, je n’sais plus quelle heure il est (Game Over)
  • Féfé sur les poignets, j’traine seul ou mal accompagné (Ma couleur)
  • Pour m’endormir, j’compte les diamants sur ma Breitling (Abracadabra)
  • Tu vas devenir raciste quand j’vais t’braquer ta Rolex – T’en parleras à tes collègues qui vont le devenir aussi – Mais moi je m’en bats les couilles, j’donnerai l’heure à tous mon posse (La vie en rouge)[/gn_spoiler]
[gn_spoiler title= »« Que la Force soit avec toi » » open= »0″]
  • Côté obscur, descendant de la famille de Luke (Izi Life)
  • Cuir rouge comme les Bloods de L.A – Yoda te le dira : « Mieux que la tienne elle est » (Marche ou crève)
  • Aussi méchant est-il, pourquoi ? – Maître Yoda, celle-ci est pour toi (Fast Life)
  • Il m’en a fallu, il m’en faut, il m’en faudra – Pour pas rouler en Škoda, ne pas décevoir maître Yoda (A3)
  • Mon hobby : m’taper au sabre avec Obi Wan Kenobi (Double poney)
  • Le vice est al bien vi-ser, la haine est viscérale – Vaisseau mère, faucon mili, flow intersidéral (Bakel City Gang)
  • J’ai envie d’ken, j’ai la force comme Anakin, j’opère au laser (HLM 3) [/gn_spoiler]
[gn_spoiler title= »« Je m’appelle Booba et je dis ce que je veux » » open= »0″]
  • C’est un pour la monnaie, deux pour la monnaie, trois pour la monnaie, quatre pour la monnaie (Garcimore)
  • J’monte sur le ring, dilate tes pupilles – Tout l’monde en string, 92i est dans le building (Marche ou crève)
  • Tout ça pour dire pas grand-chose mais dis-toi que j’m’en bats les reins – Tu kiffes pas, nique ta race, j’m’en bats le foie, le pancréas (Kojak)
  • J’te fume en pleine messe, la chatte à ta nièce (A4)
  • Bim bam boom la chatte à Mc Doom (Bakel City Gang)
  • J’peux finir au tard-mi comme le célèbre Cheb Mami – Sans dinde ni salami la la la chatte à ta mamie (Garcimore)
  • On t’nique ta mère et ta grand-mère si elle est toujours en vie (Double poney) [/gn_spoiler]
[gn_spoiler title= »« Tricycles, métros et Ferrari »  » open= »0″]
  • J’ai eu mon trône dans l’trôm – J’suis hardcore comme tous ces mots dits (Ecoute bien)
  • Ma jeunesse a la couleur des trains, RER C – Pendant l’trajet j’rêvais d’percer, fier d’en être un (Ma définition)
  • Ma définition, j’en veux toujours plus – J’attends pas leur putain d’paie ou leur putain d’bus (Ma définition)
  • Gravé dans la roche au marteau piqueur mon S.O.N.,  Jack l’éventreur c’est son parent proche – Arrive en R.E.R. C, repart en Porsche (Mon son)
  • Ma vie est graffée sur un métro, ligne 9, par Léonard de Vinci (On sait l’faire)
  • Tu veux goûter la rue? Suce mon pot d’échappement (On sait l’faire)
  • Rien ne sert de courir, mieux vaut rouler en féfé (Gangster)
  • On fait nos peines sur une jambe, on sort en 4 roues motrices (Alter-ego)
  • Unique en rap français, au volant d’la délinquance – J’avance et avançais en ML (Avant de partir)
  • Fantastique est l’arsenal, en V12, 92 – Les autres sont à cheval, c’est naze (Avant de partir)
  • J’arrive de l’ouest en C.L.S, des morceaux d’fesses de C.R.S sous les spinners (Boulbi)
  • Il n’y a qu’un pas entre le concessionnaire et le car-jacking (Boulbi)
  • Tu tiens pas la route, pe-ra avec un  »A » collé dans le dos (Ouest Side)
  • Zéro point sur le permis, je roule comme une vieille dans mon Land Cruiser- J’vois trop souvent les hyènes dans mon rétroviseur (Outro)
  • J’suis dans les euros, pas dans les affaires de tasses – Suce-moi dans ma Lambo sans faire de taches (B2OBA)
  • J’prends ma revanche au volant d’une italienne – Porche d’immeuble, devient Porsche Cayenne (Soldats)
  • J’ai pas changé, j’mange des grecs dans mes voitures de luxe (R.A.S)
  • Quand ma Lamborghini est sale j’appelle Sarkozy pour un coup de karcher (Tout et tout de suite)
  • Un peu ouf comme tous ceux du gouffre – RS, défoncé, planait à bord du 9 Ze-dou Air (Tony Coulibali)
  • L’argent pourrit les gens, met du chrome sur mes jantes (Double Poney) [/gn_spoiler]
[gn_spoiler title= »« Comparaisons à gogo »  » open= »0″]
  • Nous on roule en grosse gamme, et toi tu prends le métro (Gun in Hand)
  • J’suis hemi, j’effleure le ciel tu touches le RMI (Garcimore)
  • J’descends au Ritz, tu baises ta grosse à l’hôtel Ibis (Salade tomates oignons)
  • Alors restez tranquille, je pars aux Bahamas – J’te laisse donc crever ta race sur la banquise (Salade tomates oignons)
  • Où tu vas en lune de miel, B20 y va en week-end (Pourvu qu’elles m’aiment)
  • Je mange du ferme, tu manges au Quick – K1fry patriotique, distribue chaotique low kick (Marche ou crève)
  • B.2.O.B.A. fils du soleil, t’es fils de lanterne (Caesar Palace)
  • J’suis un film d’horreur, t’es qu’un affreux jojo (Jour de paye)
  • Laisse-moi rouler ma bosse, j’te laisse rouler ta bille (45 scientific)
  • J’rappe depuis l’Everest, tu rappes depuis tes fesses (45 scientific)
  • J’drague à Miami Beach, tu dragues à la piscine municipale (Kojak)
  • J’ouvre des sociétés, ils ouvrent des boîtes de conserves (Quoiqu’il arrive)
  • Quelques mauvais conseils, des trafics pas nets – Grâce à ça j’paye ma bouteille, tu payes ta canette (Double poney)
  • Tu t’fais des casse-croûte, j’me fais des restos – J’envoie des diamants a ma go, t’envoies des textos (Double poney)
  • J’suis international, t’es number one à Auxerre (Marche ou crève)
  • Tu dis partout qu’t’es une terreur, chez nous on t’trouve super sympa (Double poney)
  • Tu n’es qu’un dos d’âne face à l’Everest (Bienvenue au Texas) [/gn_spoiler]
[gn_spoiler title= »« Kounta Kinté, c’est un footballeur ça ? » » open= »0″]
  • J’voulais savoir pourquoi l’Afrique vit malement – Du CP à la seconde ils m’parlent d’la Joconde et des allemands (Ma définition)
  • Depuis les chaînes et les bateaux j’rame – T’inquiète, aucune marque dans l’dos man, j’les ai dans l’crâne (Le bitume avec une plume)
  • Doré est le trône, électrique est la chaise – Gorée c’est ma terre, l’égalité c’est ma lutte (Garde la pêche)
  • Tu piges on a le blues des esclaves,  1m92 sans qu’on me cultive (Boîte vocale)
  • On m’a déjà tué deux fois, une fois à Memphis, une fois à Harlem (0.9)
  • À dix ans j’ai vu Gorée, depuis mes larmes sont éternelles – Ma rage automatique, mes armes semi-automatiques (0.9)
  • J’ai couru comme un esclave pour marcher comme un roi (Comme une étoile)
  • J’prends à César ce qui est à Aimé Césaire (Top niveau)
  • Avec du sang d’esclave, j’écris cette missive, mon blaze gravé sur le missile (A3)
  • Kounta Kinté, mes plumes trempées dans le sang de mes prédécesseurs – Lien de parenté: Gorille à dos argenté d’après les chercheurs (Vaisseau mère)
  • Shoote avant qu’on t’shoote – Ça sent l’génocide comme l’autopsie d’un Tutsi (Mauvais œil) [/gn_spoiler]
[gn_spoiler title= »« CatastRohff naturelles » » open= »0″]
  • J’ai de la peine quand j’té-ma ce siècle – Où les rafales de bastos réchauffent le climat (Indépendants)
  • On m’a dit que y’avait de l’or et des lauriers- Dehors la météo affiche Boob’s le météore (On m’a dit)
  • La mélodie des briques fait mal, mon son n’est pas une icône – Hors saison j’existe dans l’œil du cyclone (Hors-saison)
  • En plein blizzard avec mon BEP vente (Boulbi)
  • Tu veux surfer sur les ondes, mon tsunami t’fera changer d’avis (Gun in Hand)
  • Ne confonds pas le météore et les astéroïdes – Sur les murs du comico ma clique est sur polaroïd (Izi monnaie)
  • Je suis le tsunami qui te la met, j’ai le flow de la mer (R.A.S)
  • Vénère j’attire la foudre, j’fais pas trop de concerts en plein air (Tout c’qu’on connait)
  • J’suis du parfum dans une grenade, c’est Boulogne tornade (Tout c’qu’on connait) [/gn_spoiler]
[gn_spoiler title= »« Coups d’pied dans l’cul » » open= »0″]
  • Petit t’as les nouvelles Air Max fais pas d’garrot avec les lacets (Indépendants)
  • Hey yo j’débarque dans la place – Air force neuves pas d’Adidas (Au bout des rêves)
  • Mes baskets sentent la schnek, trop de putes à mes pieds (Game Over)
  • Un petit pas pour l’homme, un grand pas pour ma Air Force limitée (Marche ou crève)
  • Taxi que si j’paye avec mes Air Max (Le silence n’est pas un oubli)
  • T’as autant d’style qu’un bas d’survet’ avec une paire de Weston (Double poney) [/gn_spoiler]
[gn_spoiler title= »« Ta mère c’est pas la Sainte Vierge » » open= »0″]
  • C’est pas la rue mais l’être humain qui m’attriste – Comment leur faire confiance, ils ont tué le Christ (Boulbi)
  • Lyriciste agréé, c’pour ça qu’Dieu m’a créé (Pitbull)
  • Sans foi ni biff ma vie est fichue – Osez  m’enlever ces deux là, sur la Bible, j’vais tout exploser (Le météore)
  • La banlieue c’est dangereux, c’est pas marqué dans la Bible (Couleur ébène)
  • Lyrics tout droit sortis du cul du diable (Izi monnaie)
  • La planète Terre est une triste demeure – J’ai le 06 à Lucifer, plus je vis, plus je meurs (B2OBA)
  • J’me lave le pénis à l’eau bénite (Illégal)
  • Gros numéro 10, avant qu’Iblis ne me choisisse – Prie pour que les rivières du Styx se refroidissent (Salade tomates oignons)
  • Mon rap a été crucifié à en devenir Christ (Paradis)
  • Mon frère, j’ai beau tout faire, personne ne me recrute – Centre de Lucifer, tête et but de Belzébuth (Saddam Hauts-de-Seine)
  • 92 hardcore, depuis l’jardin d’Eden – J’avale une bouteille, et j’m’endors avec du Wu-Tang. (Pas l’temps pour les regrets)
  • Cornes et auréole somnolent au dessus de ma tête (Die Art Wir Leben) [/gn_spoiler]
[gn_spoiler title= »« Le rap c’était mieux sans toi » » open= »0″]
  • J’ai dû braquer l’hip hop, le move, personne ne m’ouvre (Nouvelle école)
  • Rendez-vous à la morgue pour identifier le hip-hop. (Baby)
  • Le rap français, on le ressuscite, le ré-enterre (Bâtiment C)
  • Quand le chat n’est pas là les MC’s font du smurf (Bâtiment C)
  • MC t’es pas hip-hop parce que tu portes des strings à capuche (Avant de partir)
  • Les rappeurs ont l’cul gercé depuis que j’exerce (Garde la pêche)
  • Tes grosses merdes se coupent en deux, essaye sans ton string ficelle (Le duc de Boulogne)
  • Les rappeurs m’envient, sont tous en galère – Un jour de mon salaire c’est leur assurance-vie (Boulbi)
  • J’organise un casting pour tous les rappeurs pour faire un film de boules (Ouest Side)
  • J’m’arrête au feu les MC’s lavent mon pare-brise (Au bout des rêves)
  • MC t’as trop trainé ton cul sur les bancs de la fac – J’vais faire un manteau de fourrure avec les poils de ta chatte (Gun in Hand)
  • MC’s échangent rondelles contre liquidités – NTM, Solaar, IAM c’est de l’antiquité (B2OBA)
  • Vouloir me fumer, nigaz c’n’est vraiment pas gentil – Calmez-vous j’arrête bientôt le rap, je vous le garantis (Izi Life)
  • J’t’encule, j’fais la re-sta, zerma les dernières pe-sa – T’en oublies que j’rappe mieux qu’toi, tu regardes que ça (Salade tomates oignons)
  • MC j’t’encule en chantant do ré mi fa sol la sodomie ! (Salade tomates oignons)
  • MC tends-moi la main pour que j’écrase mon mégot (Game Over)
  • Faut que les rappeurs arrêtent d’émettre – Ils ont laissé des gouttes de pisse sur le trône comme dans les toilettes des mecs (Marche ou crève)
  • Le rap français a.k.a « Chronique d’un vibromasseur » (Gangster)
  • L’autopsie nous prouve que ta rondelle n’est pas bulletproof man (Boss du rap game)
  • Ils veulent tous percer, trop peu aiguisent leurs lames (Commis d’office)
  • Passe le salaam au rap français  de la part d’mes testicules – J’aperçois des gouttes de sperme pendant qu’tu articules (Hustlin remix)
  • J’ai tellement d’ennemis, si peu d’adversaires (Carton rose)
  • Attention, j’suis toutes options – Implorez le ciel, j’ai la nuque du rap sous mon aisselle (Diaspora d’Afrique) [/gn_spoiler]
[gn_spoiler title= »« Les people sont nos amis » » open= »0″]
  • 92100 à l’aise avec ou sans Laurent Bouneau (Mon son)
  • Premier en E.P.S.,  d’la pire espèce, DPS comme Carlos (Mon son)
  • Black blanche beurre, t’es bienvenue si t’as le boul à Christine Arron (Mon son)
  • J’suis meilleur que Molière, tatoué sans muselière (Garde la pêche)
  • Votre honneur le rap est dead, j’suis innocent comme O.J Simpson (Boîte vocale)
  • J’suis venu vous gifler, dédicace à Bertrand Cantat (Boulbi)
  • Ma biche, c’est du lourd comme Bernard-Henri Lévy (Illégal)
  • Des chiffres et des chiffres, fuck les lettres et Patrice Laffont (à fond)- Musique à fond, liasses d’oseille jusqu’au plafond (Illégal)
  • Smith & Wesson fait parti du staff – Ma couronne sur le ter-ter, j’fais l’taff comme Ronny Turiaf (Bad Boy Street)
  • J’aime les gros derrières, c’est la faute à J.Lo (Fast Life)
  • Hustler jusqu’à  c’que Marine Le Pen porte la burqa (Fats Life)
  • Va dire au chauffeur que j’pose mon cul où j’veux comme Rosa Parks (Double poney)
  • Je ne comprends pas pourquoi elle me dit ça – J’vais pas lui faire à la DSK, j’ai même pas la gueule de l’emploi (Scarface)
  • Rambo contre Gandhi – Quand Marc Dutroux rencontre Candy (92i)
  • Dans la jungle Booba a Jane donc Tarzan encule Cheeta (La faucheuse)
  • J’mène une enquête sur ton boul à la Derrick. (Baby)
  • Boss du rap game, j’veux l’cheese à Mickey Mouse (argent) (Abracadabra) [/gn_spoiler]
[gn_spoiler title= »« Martine à la ferme » » open= »0″]
  • Et j’me suis mis à chanter, B2O gravé en or sur mon dos argenté. (Tallac)
  • J’passe en caravane, les chiens aboient mais ne mordent pas (La faucheuse)
  • D’humeur bestiale, d’un froid caniculaire (Pazalaza pour sazamuser)
  • Pas besoin de la brigade canine pour sentir qu’tu pues la merde (Gun in Hand)
  • Ta copine est vraiment ne-bo, dis-lui que je suis chaud – Dis-lui que j’suis tellement chaud que j’descends d’un singe bonobo (Kojak)
  • En direct live de la casse, de mon chenil de luxe (Izi Life)
  • On me dit B2O qu’est-ce que tu nous racontes de beau? J’ai toujours envie de baiser comme un singe bonobo (Game Over)
  • Super violent, j’rappelle aux vétérans la Tchétchénie – La vie est une chienne, j’ai un pit’ dans l’veau-cer (Marche ou crève)
  • Comme un pitbull, avant d’te baiser j’te renifle le cul (Boss du rap game)
  • Je n’fais pas partie du troupeau, j’égorge les gardes champêtres (A3)
  • Animal galeux, j’vais pas chez le docteur, j’vais chez le véto (A3)
  • Bouh, soit mon igloo je serai ton ours polaire (Diamond Girl)
  • J’regarde sur ma gauche : R.A.S. – Sur ma droite : des chiens d’la casse tenus en laisse (Rat des villes)
  • Ce n’est pas que j‘n’aime pas me mélanger, mais disons – Simplement qu’les aigles ne volent pas avec les pigeons (Rat des villes)
  • Je ne sais que mordre, on m’a interdit de lécher – J’veux pas de ton poisson, j’veux qu’tu m’apprennes à pêcher (Fœtus)
  • Toujours sur terre malgré tant de péchés – J’serai ton chat de gouttière, sois mon poisson séché (Gangster)
  • L’ourson qui met la pression (Lourd son)
  • Grillé mais je nie, ici les hyènes ont une insigne – Et j’espère que c’est pas l’un d’nous qui servira de gnou (Ma définition)
  • Comment ne pas être un pitbull quand la vie est une chienne ? (Pitbull)
  • Crapaud deviendra prince, nique sa mère mon nénuphar (Lunatic)
  • J’erre dans les rues de Boulbi – Chante l’été, fais du biff, j’suis cigale et fourmi (Fast Life) [/gn_spoiler]
[gn_spoiler title= »« Pascal le grand frère » » open= »0″]
  • On m’a dit « qu’est-ce que tu veux faire quand tu seras grand ? » – Sans hésiter j’me suis retourné j’ai dit « ben j’veux tout niquer » (On m’a dit)
  • On a commencé minots,  vomi nos tripes au mic, pas là pour plaire aux meufs mec (Boîte vocale)
  • Déposé dans la street par une cigogne – J’en ai déjà la trique, venez me test que je rigole (Boulbi)
  • Enfant seul, sans problème sauf à la maison – J’ai pris la vie par derrière sans m’poser d’questions (Pitbull)
  • La vie d’un homme, la mort d’un enfant – Du sang royal dans les veines, premier en sport et en chant (Pitbull)
  • Devant les profs j’faisais des grimaces en tirant sur mon oinj – Car on m’a dit en classe que l’homme venait du singe (Pitbull)
  • Mentale irritation mon héritage, le cœur vide les cojones pleines (Je me souviens)
  • Jamais au premier rang, toujours dans les embrouilles – Au lieu d’partir en cours je suis parti en couille (Ma couleur)
  • La vie c’est dur, ça fait mal dès qu’ça commence  – Pour ça qu’on pleure tous à la naissance. (Groupe sanguin)
  • J’suis pas né dans l’ghetto, j’suis né à l’hosto – Loin des stups et des idées stupides, putain c’que j’suis devenu (Avertisseurs)
  • C’était les récits d’un p’tit qu’aurait dû voir un psy – Qu’avait jamais rêvé de devenir un MC (Tony Coulibali)
  • Si mon parcours n’a rien d’héroïque – Ma clique est sous contrat, la tienne sous héroïne (Au bout des rêves)
  • Le prof m’a dit : « Qu’est-ce tu veux faire quand tu seras grand renoi ? » – « Rien, j’veux faire de l’oseille » (Illégal)
  • J’suis pas né pour faire la plonge comme dans Scarface – Négro quand tu m’attaques, je L.O.L smiley face (Saddam Hauts-de-Seine)
  • Trop coloré comme un faux scal-pa – Génération Mad Max née dans le magma (Indépendants)
  • Neuf mois dans un bunker, le majeur debout – L’daron a craché dans un chargeur. (Ecoute bien)
  • J’vis en noir et blanc, j’en ai vu d’toutes les couleurs (Nouvelle école)
  • C’est pour les enfants terribles qui ne font aucun effort – Au parcours comme une queue d’négro: long et pénible (Le duc de Boulognne)
  • Manque de pot j’ai pris la vie dans mes bras  – Je l’ai serrée si fort je lui ai cassé le dos (Boulbi)
  • J’ai jamais su c’qu’étais mon rôle dans la vie – À part être riche, avoir une piaule à Miami Beach (Au bout des rêves)
  • J’suis trop frais – J’suis venu au monde dans un coffret (King)
  • J’ai su m’tirer d’affaire, ils ont voulu ma peau – Crapaud devenu prince, cheval cabré sur le capot (Ma couleur)
  • Je n’avais aucune chance mais je l’ai saisie quand même (Kojak)
  • J’ai pris des cartons, j’ai trop tiré la vie par l’maillot (Destinée)
  • Là d’où j’viens, on choisit la facilité – Comme dans GTA, code crédit illimité (Abracadabra) [/gn_spoiler]
[gn_spoiler title= »« La nuit il fait noir » » open= »0″]
  • J’suis différent, premier qu’en sport et en chant – Délinquant, j’rentre à l’heure où les oiseaux chantent (De mauvaise augure)
  • Chez nous on dort plus, chez nous le marchand d’sable sniffe de la coke (Tallac)
  • Je vis la nuit, car elle porte conseil (Caesar Palace)
  • Le monde appartient à ceux qui se lèvent tôt alors je n’dors pas (Tout et tout de suite)
  • J’suis obscur, dors d’un œil comme un missile scud [/gn_spoiler]
[gn_spoiler title= »« Faites la guerre pas l’amour » open= »0″]
  • J’suis venu en paix un 44 contre l’estomac (On m’a dit)
  • Mon drapeau blanc est toujours au sale  (Commis d’office)
  • Fusil à pompe dans les mains, carafe d’eau dans les pupilles (Commis d’office)
  • Le savoir est une arme, j’suis calibré donc j’suis pas te-bé (Bakel City Gang)
  • J’ai fait la guerre pour habiter Rue de la paix (Izi monnaie)
  • J’peux pas baisser mon froc – J’vais faire tomber mon Glock (B2OBA)
  • J’arrive toujours équipé lourd comme ça j’ai pas besoin d’être aimable – Rendez-vous au deuxième sous-sol pour qu’on s’arrange à l’amiable (Marche ou crève)
  • J’fais pas la guéguerre, j’prends l’coffre et la caissière (Caesar Palace)
  • J’tue le beat par respect pour mon public – Tire sur les fils de lâche par respect pour mon fusil (Boss du rap game)
  • Négocier au bazooka, crois-moi ça simplifie les choses (Réel)
  • Et si j’hésite c’est qu’une boulette bloque l’automatique (Indépendants)
  • Ancien ou pas, négro, t’as l’âge de bouffer l’carrelage (On m’a dit)
  • Me serre pas dans tes bras, j’ai des couteaux d’boucher dans l’dos (Commis d’office)
  • J’ai qu’une vie, j’ai la dalle – J’ai qu’une cible, j’ai qu’une balle (Couleur ébène)
  • J’te souhaite la mort sans aucun souci – Joue pas les gros bras, j’suis Garcimore avec un uzi abracadabra ! (Garcimore)
  • Tu jettes des cailloux sur scène, serais-tu de la bande de Gaza ? (Rat des villes)
  • Uzi dans chaque main donc j’suis sur Bluetooth (A4) [/gn_spoiler]
[gn_spoiler title= »« Frères Bogdanov » » open= »0″]
  • Avant ils disaient que j’étais l’diable  – Aujourd’hui j’suis populaire,  un sagittaire avec un gun – J’dépends d’un autre système lunaire (Le météore)
  • Normal tu n’me vois pas re-noi, j’suis dans le futur (Caesar Palace)
  • Comme une étoile j’ai disparu depuis longtemps – Mais tu me vois toujours briller, toujours scintiller (Comme une étoile)
  • Je rappe depuis le ciel et les étoiles entre elles ne parlent que de moi – Disent que j’suis frais comme à l’ancienne (Saddam Hauts-de-Seine)
  • Eh beleck, c’est du haut d’gamme, pas d’amalgame gamin – Mon son ramène sur Neptune mon amertume. (Destinée)
  • Alors que je me faisais sucer, je pensais à mon futur (Killer)
  • Tu fais la deux, la trois, je fais la une – Tu fais le loup, le chien, tu aboies, je fais la Lune (Rat des villes) [/gn_spoiler]
[gn_spoiler title= »« L’argent ne fait pas le bonheur des pauvres » » open= »0″]
  • T’as vu que les impacts ébloui par le bling-bling (Tallac)
  • Du, du, du biff – Rien n’change à part mon bling-bling (Le duc de Boulogne)
  • B.O en chair et en os, en chaîne et en or (Boulbi)
  • J’suis pas dans l’bling bling enculé, j’suis diamantaire (Salade tomates oignons)
  • Payé comme au golf, deux putes m’attendent sur le sofa – Dehors ma limousine, une troisième pute suce le chauffeur (Salade tomates oignons)
  • Moi et mes assoc’ les cas soc’ – Tatoués jusqu’au torse, 4 années d’loyer en poche (Game Over)
  • J’redonne le sourire aux michtons et aux concessionnaires (Game Over)
  • J’peux encore compter mon biff, ça veut dire que j’en ai pas assez (Game Over)
  • J’ai un collier en diams, ils m’passent aucune laisse (Soldats)
  • Le milieu hip-hop est ma salope, voila ma conviction – Ecran plasma dans les chiottes, voila ma condition (R.A.S)
  • Les traitres et ma chaîne en roro me tirent vers le bas (Le D.U.C)
  • J’ai les couilles en or, j’passe pas les détecteurs d’métaux (A3)
  • Elles me courent après, je cours après le cash (Izi monnaie)
  • Rendez-vous en Suisse bâtard si tu veux m’ régler mon compte (R.A.S)
  • Les cojones vides mais j’ai les poches pleines (Saddam Hauts-de-Seine) [/gn_spoiler]
[gn_spoiler title= »« Capotes XXL » » open= »0″]
  • Ils nient mais leur technique de dopage – Laisse des traces de sperme de toutes les ethnies dans l’œsophage (Hors-saison)
  • Selon mes calculs, si j’t’encule bien c’est minimum l’hernie discale (Ouest Side)
  • Ma descendance est morte dans un rouleau de sopalin (Izi monnaie)
  • Tellement de numéros, je n’sais même plus qui fourrer (Game Over)
  • Premier samedi du mois, ton ADN dans un Kleenex (Locked up remix)
  • Quelques putes veulent cohabiter dans l’son avec moi ou ma clique – Mais tout c’que tu vas faire, c’est un featuring avec ma bite (Animals)
  • Si y’a des biatches partout, c’est que j’suis dans la boîte – Si ça fait mal, que tu cries, que tu jouis, c’est que j’suis dans ta chatte (Jour de paye)
  • J’ai la bite à Dhalsim, j’la mets sans vaseline – Demande à ta racli, sur la chatte à Jacqueline (Vaisseau mère)
  • Bref, quand j’sors ramène-moi une p’tite pute, bête, sans but – J’la ferai crier du bout d’ma longue bite (La lettre)
  • J’ te fais saigner quand t’as pas tes règles (Civilisé)
  • Pas encore de marmot car je crache dans la bouche (Abracadabra)
  • Au réveil, cent pompes, un bol de céréales, une grosse pipe et j’pars au charbon (Bienvenue au Texas) [/gn_spoiler]
[gn_spoiler title= »« La mort c’est ma pute » » open= »0″]
  • F-a-u-x débranche, pé-sa en noir avec une faux – J’contourne les MC’s à la craie blanche (Repose en paix)
  • La faucheuse me donne des rancards mais j’suis toujours en retard (La faucheuse)
  • Faire des millions des milliards – J’laisserai tout en pourboire au corbillard  (Avant de partir)
  • La faucheuse à la carte vitale (Boîte vocale)
  • Si t’as pas d’raison de vivre, trouve une raison de crever (Couleur ébène)
  • Moi je rêve, j’accomplis, même si je crève incompris (Couleur ébène)
  • Et quand la vie va m’écraser comme son pire adversaire – Passe me voir au Colisée, je n’serai pas au cimetière (Game Over)
  • La mort c’est ma parka (Liberation Time)
  • Traîner la vie par l’chignon, mon seul combat avant de partir (Avant de partir)
  • J’passe pas à table, j’met pas les couverts – J’suis condamné à vivre, j’me ferai jamais sauter l’couvercle (0.9)
  • Banlieusard dans le sang, peu importe c’que Sarko fasse, 92 sur l’sarcophage (Comme une étoile)
  • Vu que j’suis le meilleur, j’partirai peut-être le premier (Carton rose)
  • Qui me réduira en cendres me transformera en phénix (Kojak) [/gn_spoiler]
[gn_spoiler title= »« Cannabis Cup » » open= »0″]
  • Nourri aux pe-stu, illicite jusqu’au pe-sli (Indépendants)
  • Des phases de fou depuis qu’mon joint s’est roulé – Que j’ai roté mon poulet rôti et recraché deux îlotiers. (Ecoute bien)
  • Et leur tumeur à la couleur de c’que j’fume – J’me résume à la résine, j’te résume – J’suis l’bitume avec une plume (Le bitume avec une plume)
  • J’parle plus, j’crache ma putain d’fumée par l’zen (Nouvelle école)
  • J’ai acheté du GHB pour être sur de t’mettre à l’aise (Hors-saison)
  • T’es sous cachetons sans les prendre, rien qu’à m’écouter (R.A.P)
  • Où j’passe la zeb ne repousse pas (La faucheuse)
  • J’ai glissé ma peine et mon insomnie dans la feuille à rouler (La faucheuse)
  • J’défraie pas la chronique, je la fume (Au bout des rêves)
  • Achète mon album à tes gosses ou j’leur vendrai de la drogue (Gun in Hand)
  • Mon cerveau je le vaccine un joint d’seum collé au bec (Gun in Hand)
  • J’suis prêt, j’ai les brevets, frais à en crever – Viens chez moi, GHB dans ton re-vé (Illégal)
  • Transporte la came par oléoduc izi (King)
  • Fais tourner la beuh, le seau de Chicken wings – On débite les diam’s à haut débit, demande à Tony Blings (Game Over)
  • Pour me faire craquer elle est vraiment adroite – Personne n’y peut rien, même pas mon collage à droite (Killer)
  • Horrifiés parce que j’récite l’illicite khô – J’suis une cuillère, du feu, une seringue et du citron (Le son qui met la pression)
  • Paquets de cocaïne, défie la brigade canine – Respire mon sachet blanc, dur plus longtemps qu’Alcaline (0.9)
  • La race arienne ne m’aime pas car je suis un bon à rien – Défoncé, je plane, je fais des raids aériens (La vie en rouge) [/gn_spoiler]
[gn_spoiler title= »« Guide Michelin » » open= »0″]
  • Ferme un peu ta gueule, va m’faire un steak-frites – Tu m’as fait mal au crâne, j’suis à deux doigts de te court-circuite (Killer)
  • J’aime les festins pas les pique-niques – Mets la main sur mon cœur, ressens les secousses sismiques (Killer)
  • Grosse paire de pommes de terre, V.I.P à la banque de sperme (Caesar Palace)
  • Ridicule en mode aplati, t’es un panini, ni (Jimmy deux fois)
  • Arrête tes salades, je n’mange que de la barbaque (Jour de paye)
  • Ma vie manquait de goût, la street m’a passé le sel (Jour de paye)
  • Si tu m’vois enculer ta dinde, ne crois pas que j’fête Noël (Jour de paye)
  • Cousin t’as le flow d’une chèvre ou d’un pain aux raisins (Top niveau)
  • Qui aurait cru que Kopp allait niquer le biz ? – Tout sec, assis dans l’grec en tête à tête avec un double cheese (Ne me parle pas de rue)
  • On m’a dit « Ok si tu t’autocensures » – Nique ta mère, ici c’est noir amer comme un café sans sucre (On m’a dit)
  • Ne jamais cracher dans mon mafé (De mauvaise augure)
  • Tu veux le faire sans capote, allaiter mon fiston – Alors qu’t’écartes les cuisses pour un filet-o-fish (Baby)
  • Accroche-toi, c’est pas la fin – Qu’est-ce qui nous pousse ? La gourmandise, pas la faim (Avant de partir)
  • J’suis jamais cuit même quand les poulets m’cuisinent (Au bout des rêves)
  • Le beurre, l’argent du beurre pour tartiner mes tranches de vie (Izi monnaie)
  • J’mets mes couilles sur la table comme sel et poivre (Izi Life)
  • Mais pour faire des millions c’est de plus en plus dur – Salades tomates oignons à vie c’est de plus en plus sûr (Salade tomates oignons)
  • Sans limite comme dans GTA – J’représente la banlieue comme un grec frite (Le duc de Boulogne) [/gn_spoiler]
[gn_spoiler title= »« Douce France, cher pays de ma souffrance » » open= »0″]
  • La France d’en haut porte mini-jupe, donc j’vois sa culotte (Bakel City Gang)
  • Je survole la capitale, oh mon Dieu c’est la misère ! – Bleu blanc rouge vous l’a mise dans la boite à Kinder (Vaisseau mère)
  • Je t’ai montré l’Hexagone du doigt, du shit sous un ongle – J’suis la belle vie sous un autre angle faut pas t’inquiéter (Repose en paix)
  • Dis bonjour au mauvais garçon, regarde les flammes dans mon iris – Que la nation brûle sous mes lyrics (Mauvais garçon)
  • Suspect idéal, cru et sincère – Hé monsieur l’agent, dans ton pays seule ma bite se réinsère (Bâtiment C)
  • L’État c’est Geppeto, j’suis une ghetto marionnette (Garde la pêche)
  • Je fais des dons d’urine pour que la France entière se désaltère (Le duc de Boulogne) [/gn_spoiler]
[gn_spoiler title= »« Nike la police wesh wesh » » open= »0″]
  • J’suis en écoute à la Fnac et chez les RG (Indépendants)
  • Un bon QI, du courage, un peu d’vice et les poulets rôtissent (Le bitume avec une plume)
  • J’déboule et puis ça chuchote comme au parloir (De mauvaise augure)
  • On ricoche, fini au trou comme des boules de billard (Ouest Side)
  • Aucune attache à part les bracelets, en totale paranoïa  (Ouais ouais)
  • J’suis allergique au shmits, pas au pollen (Au fond de la classe)
  • Hors de portée, mort de rire, sans remords – Quand j’écoute les menaces de mort des forces de l’ordre (Bad Boy Street)
  • C’est dans l’béton qu’on pousse, c’est à Fleury qu’on fane (Soldats)
  • Si le ghetto a une queue, c’est pour que l’commissaire la suce (Lunatic)
  • Les R.G m’suivent à la trace, branchés sur radio FG (Remo remix)
  • J’tue l’beat sans alibi man, et j’verse-tra la scène – Pendant qu’mon son t’regarde de vers-tra (L’effort de paix)
  • Mon rap remplit pas les prisons, c’est l’juge (Têtes brûlées)
  • J’suis bon qu’à pé-ra, à causer du tort au code pénal (Civilisé)
  • Pour toi je sors le carton rose, ton flow sent la vanille – T’auras pas besoin d’appeler les keufs, ils font partie de ta famille (Carton rose) [/gn_spoiler]
[gn_spoiler title= »« Jamais dans la tendance mais toujours dans la bonne direction » » open= »0″]
  • Dans la banlieue c’est l’Moyen-âge, y’a pas d’maille – Et sur l’droit chemin y’a un péage (100-8 zoo)
  • On m’a dit d’changer des mots pour pas qu’les petits me suivent – Pas grâce à moi qu’ils pensent à Tony devant leur petit-suisse (On m’a dit)
  • On m’a dit « non, c’est trop sombre ça nous ressemble pas » – Mais quand j’arrive ils crient tous tout bas « Booba » (On m’a dit)
  • J’ai demandé ma route au mur, il m’a dit d’aller tout droit (Ouais ouais)
  • Si je tue pas l’beat, le beat me tue – Personne peut me signer, je cours plus vite que la sique-mu (Boss du rap game)
  • Écoute mes sons en boucle, apprends à me connaître – Regarde là où je suis car je suis là où il faut être (Réel)
  • J’ai pas d’pareil, et ceux qu’essaient m’font marrer – J’suis déjà arrivé, ils ont pas démarré (Civilisé)
  • Essaye pas d’flasher un vaisseau spatial (Lourd son) [/gn_spoiler]
[gn_spoiler title= »« Bitume avec une plume » » open= »0″]
  • Tu piges, ça fait 8 piges, et les mythos pèsent, crèvent aussitôt – J’remplis les lyricals hôpitaux (Indépendants)
  • J’crée l’émeute, mon feutre imbibé d’sang, pédé –  J’te descends du rouge à lèvres sur la beud (Indépendants)
  • J’écris des 12, des 16, beaucoup décèdent – Garçon donne-moi à boire, j’veux la gloire sans la rançon (Animals)
  • J’ai le verset qui bouleverse, ma diction est malédiction (Tallac)
  • J’écris mes textes les doigts dans la prise (Commis d’office)
  • J’pourrais écrire tes textes avec le trou d’balle – T’ouvrir l’esprit à coups d’batte (Hors-saison)
  • J’écris des textes crus, fais peur au médecin légiste (La faucheuse)
  • Mon son ne marche pas négro, il court ou il s’arrête (Alter-ego)
  • J’débite si violemment qu’j’pourrais en perdre une chicot (Alter-ego)
  • Mon rap prend de la protéine, soulève v’là les haltères (Le duc de Boulogne)
  • MC poursuivi pour rimes contre l’humanité (Boîte vocale)
  • J’suis rodave, mon rap s’est laissé pousser la barbe (Boulbi)
  • An 2000 premier impact, meurtrière est ma grammaire – Bienvenue au cœur de l’asphalte (Ouest Side)
  • Se pourrait-il que le crime soit dans nos gènes ? – Mes lyrics te font pleurer, j’ai la rime lacrymogène (Au fond de la classe)
  • De bataille est mon chant lexical, je n’suis qu’une racaille – 0.9 dans la peau, les colombes sortent de mon chapeau  (0.9)
  • J’raconte beaucoup de de-mer comme un tas d’ivrognes – Trop, trop de punchlines, le rap à Parkinson (Abracadabra)
  • B.2.O.B.A j’ai plus de flow qu’une femme fontaine (Abracadabra)
  • Mes lyrics te pètent les chicots, c’est mieux pour sucer des bites (Tout et tout de suite)
  • J’ai les joues pleines de textes ils sont souvent tristes et – J’marche sur des roses rouges, pas de lyrics à l’eau d’rose (Mauvais œil)
  • Mon rap, un poème sans poésie (Le crime paie)
  • (Mon son) C’est prouvé à l’instant même où tu l’écoutes, redoute la prochaine cuvée (Mon son)
  • J’te parle de nous, du quartier, d’nos hiéroglyphes – Si y’a faute personne ne siffle (Alter-ego)
  • Tyrannie sur le beat, c’est Saddam Hauts-de-Seine (Saddam Hauts-de-Seine) [/gn_spoiler]
[gn_spoiler title= »« Booba c’est plus fort que toi » » open= »0″]
  • J’ai que mes tripes, mon hip hop et quelques principes (Indépendants)
  • J’ai poussé comme une ortie parmi les roses – Et ils sont trop alors j’appelle mes khôs les ronces (Ma définition)
  • Moi, j’suis un rat comme Luciano – Degré d’parano rare comme un noir qui joue du piano. (Jusqu’ici tout va bien)
  • Quand j’ai la clé j’m’en sers pour casser l’carreau (Strass et paillettes)
  • Pas d’idole, j’ai la zik’, le ‘zness comme idéal (Tallac)
  • Auteur interprète, j’représente le bruit et l’odeur (Tallac)
  • J’ai du calcaire dans les artères, un cœur de pierre (Garde la pêche)
  • J’suis un sérum de vérité, les menteurs m’empoisonnent (Garde la pêche)
  • N’ayez crainte j’suis pas dangereux: j’ai ni cravate ni barbe (Boîte vocale)
  • Si j’traîne en bas d’chez toi, j’fais chuter l’prix de l’immobilier (Boulbi)
  • Rouge est mon histoire, courte est l’existence – Noires sont mes larmes, respiratoire est l’assistance (Le météore)
  • J’ai du gloss sur la verge, de l’encre dans les veines – Du pétrole sur les lèvres, ma vie est tristement belle (Couleur ébène)
  • J’ai mon blaze sur disque de platine et plaque d’égout (King)
  • Tu sais pas qui je suis ? Google-moi enculé ! (Salade tomates oignons)
  • On m’a dit d’garder espoir matin, midi et soir – Je n’espère pas moi, je fonce dans le tas moi (Soldats)
  • J’me faufile, croque cette chienne de vie à pleines chicots – Rat des villes, u tréma sur mes tricots, je brille (R.A.S)
  • Ronce du bitume je ne fane pas (Ma couleur)
  • Je n’suis pas chevalier car fallait mettre genou à terre (Lunatic)
  • Bêta oméga, oméga, bêta alpha (Jour de paye)
  • Ma parole est de platine, ton silence est de l’or (Saddam Hauts-de-Seine)
  • La politique, c’est qu’une partouze de chiens errants – Du néant sort un géant, j’suis la bonne et la mauvaise news (Inédit)
  • J’vis d’haine et d’eau fraîche – D’illicite et d’pêché (Pas l’temps pour les regrets)
  • Fais-moi la peau si tu veux du cuir véritable (Carton rose) [/gn_spoiler]
[gn_spoiler title= »« Vous les femmes, vous le charme » » open= »0″]
  • Tu veux du taf, pétasse, t’as qu’à être blonde – Tu veux mon cash, négro ça va être long (Strass et paillettes)
  • Laisse pas d’message sur la messagerie du duc – Ma queen les consulte, elle a piraté mon pin la pute (King)
  • J’ai de quoi te siliconer si jamais tu vieillis mal (Pourvu qu’elles m’aiment)
  • Si si, je suis frais je sais, je te retourne le compliment – Ton derrière a comme un drôle d’air de mon continent (Pourvu qu’elles m’aiment)
  • Premier samedi du mois en décrypté sur la 4 – Gros décolleté, 92i tatoué sur la chatte (Jimmy deux fois)
  • T’as l’esprit serré comme une schneck de Thaï – Tu connais rien au son comme Fred de Sky’ (Abracadabra)
  • J’vendrais père et mère pour paire de nibards (Lunatic)
  • J’arrête pas d’mater son cul, j’y plongerais 25 fois par jour – Jusqu’à c’que la go appelle au secours, jusqu’à c’qu’elle en peuve plus (Scarface)
  • Salam Alikoum, bonjour à tous, buenos dias – J’sais pas pour vous, mais moi j’ai envie d’une grosse biatch (Pigeons) [/gn_spoiler]
[gn_spoiler title= »: « Démerde-toi pour classer celles-là » » open= »0″]
  • Deux trucs faux chez nous, les puces SFR et les billets (Indépendants)
  • O.P j’suis dans le coin V.I.P du coin V.I.P (Le duc de Boulogne)
  • La richesse est dans nos cœurs, mon cul! Moi j’veux de l’oseille (Pitbull)
  • Sur le plus haut trône du monde, on n’est jamais assis que sur son boul (Pitbull)
  • Si y’avait des bites par terre y’en a qui marcheraient sur le cul (Le météore)
  • Je sais où tu as mal car je sais où je frappe (Izi monnaie)
  • Tout le monde peut s’en sortir, aucune cité n’a de barreaux (Game Over)
  • Du blues, de la soul musique, vient le groove – Tague mon blaze au musée du Louvre, fuck l’anonymat. (Soldats)
  • J’laisse le ter-ter en jachère – Toujours propre car nettoyé au Kärcher (Marche ou crève)
  • Mes khôs font du jujitsu pour avoir les clefs (Marche ou crève)
  • Donne-moi la main gentiment – Aujourd’hui mon clan va t’apprendre à nager dans le ciment (Boss du rap game)
  • Tu veux t’asseoir sur le trône ? Faudra t’asseoir sur mes genoux (Jour de paye)
  • Sur ce, je m’arrache vers des jours meilleurs – J’te refais le visage au cutter, t’as l’swagg d’un agriculteur (Kojak)
  • Frères, sortez les seringues de vos artères – Crevez les pneus du charter (Inédit)
  • Docteur, j’fais une fausse couche parce que la rue m’a baisé (Destinée)
  • Mon crew mène, combat la race humaine – Si tu t’en tires avec des prothèses c’est qu’Dieu te protège (Destinée)
  • J’ t’explique la scène, qui veut ma peau perdra la sienne (Destinée)
  • On vient du bled sale bâtard, pas du terroir – Tu seras rebeu ou black qu’avec un œil au beurre noir (Rat des villes)
  • On dit qu’la vie des jeunes de la rue est triste, mais qui tu blâmes ? – J’ai pas besoin d’tes larmes, où est l’drame ? (Pas l’temps pour les regrets)
  • La vie c’est des griffes avec du vernis (Pas l’temps pour les regrets)
  • J’suis tombé si bas, qu’pour en parler faudrait qu’j’me fasse mal au dos – Putain quelle rime de bâtard (La lettre)
  • T’aimes ou t’aimes pas, dis-moi toi qui sais tout – Si tu kiffes pas renoi t’écoutes pas et puis c’est tout (Si tu kiffes pas)
  • Hauts-de-Seine est mon nombril – C’est la seule cicatrice qui mérite un nom (Le son qui met la pression)
  • Sans pilote, sans king, brille, arrive au top sans clim’ – Dur de concevoir sa vie sans crime team (Tony Coulibali)
  • La rue c’est pas d’timinik, qui s’y frotte s’y nique (Tony Coulibali)
  • Certains se coupent les veines – Certains s’pendent pour être à l’air libre (Locked up remix) [/gn_spoiler]
Imprimer cet article

Vous aimerez aussi...

  • mlzz

    Superbe article, sacré boulot que de référencer autant de punchline de notre ami l’ourson ! 🙂

    • booba

      ah ui ! il est le meilleur

  • Cata

    Ok donc dès le début : « Pourquoi Booba plutôt qu’un autre me direz-vous ? Tout simplement car, selon moi, c’est bien le seul artiste de la scène rap française qui détienne au bout de son stylo suffisamment d’images et expressions pour constituer un énorme vivier de punchlines. » Daaaacord donc déjà on voit que tu ne connais rien au rap Français, je connais des dizaines de rappeur 1000 fois moins médiatisé que Booba mais leurs sons valent 1000 fois mieux, actuellement B2O est la honte du rap Français, je regrette l’époque avec Lunatic.